• voeux de la section parti socialiste d'hennebont

                                                        
     

     

     

                                         vœux de la section socialiste D'HENNEBONT                                       

    Laissez moi d’abord remercier ceux qui ont préparé cet accueil, qui ont dressé cette table si jolie pour faire de ces vœux une jolie fête : merci donc à Marie, Joëlle, Jacqueline, Serge, Julien, Christian et Jean-Pierre ; merci pour votre disponibilité et votre savoir-faire.

    Je vous adresse maintenant en mon nom personnel et celui de la section tous mes vœux pour l’année 2016. Que cette année soit pour chacun d’entre vous, d’entre nous, une année de réalisation de  tout ce que vous pouvez souhaiter de meilleur à la fois sur le plan personnel, professionnel et familial.

     Les voeux que je viens de prononcer ne répondent pas à une loi du genre, à un code convenu : ils sont aujourd’hui encore plus indispensables que d’habitude : nous venons en effet de traverser une année très éprouvante, épouvantable même et nous en sommes toujours marqués. Le terrorisme salafiste est rentré dans nos vies, a frappé de plein fouet, tué, mutilé,  anéanti des familles ;  les survivants des attentats vivent dans la peur et peinent à retrouver des marques de vies plus sereines ; nous savons tous  que ce terrorisme frappe aveuglément, que chacun d’entre nous peut être exposé à ses agissements barbares.

     

     Ce que veulent avant tout ces meurtriers, c’est détruire notre culture, notre façon de vivre : assassinats des journalistes de Charlie Hebdo, adeptes du rire, de la dérision et de l’auto -dérision, marques constitutives de notre culture, de notre ADN culturel ; assassinats de jeunes hommes, de jeunes femmes, coupables de s’être attablés à la terrasse d’un café ; coupables d’avoir assisté à un spectacle musical ou à une compétition sportive… Notre mode de vie est au bout de leur fusil et ce qu’ils veulent, c’est détruire ce que nous sommes, notre identité culturelle.

    C’est pourquoi la meilleure réponse est collective : conserver notre façon de vivre, croire en ce qui nous unit et nous souder encore davantage autour des valeurs qui nous sont communes : celles du savoir vivre ensemble, c’est à dire  savoir écouter l’autre, accueillir l’étranger, accepter une religion différente, accepter l’absence de religion… Cela s’appelle la laïcité, cela s’appelle les valeurs de la République…

     A cet égard , le président de la république et le gouvernement, en particulier le ministre de la défense, Jean- Yves Le Drian, et le ministre de L’intérieur, Bernard Cazeneuve, font preuve d’une détermination sans faille qu’il convient de soutenir car la lutte contre le terrorisme ne pourra être gagnée que par nous, citoyens, si nous sommes  résolus et rassemblés. C’est notre  union seule  qui peut les faire reculer.

     La lutte contre le terrorisme est fondamentale, la bataille pour l’emploi constitue l’autre lutte à poursuivre. Les résultats, certes, ne sont pas au rendez- vous comme nous aurions pu l’espérer. Des signes toutefois encourageants se manifestent mais ils restent fragiles et fluctuants. Avec le gouvernement, nous devons continuer à rester mobilisés et à explorer toutes les pistes susceptibles de faire revenir l’emploi à un niveau satisfaisant. L’enjeu est vital  pour ceux qui sont concernés et leurs proches ; il est également important à un niveau politique puisque François Hollande a conditionné sa candidature éventuelle aux prochaines présidentielles à des succès contre le chômage et à l’inversion de la fameuse courbe... Les collectivités locales peuvent jouer un rôle dans cette bataille et nous devons en tant que formation politique appuyer toutes les initiatives susceptibles de favoriser l’emploi.

    Je viens d’évoquer les élections présidentielles ; nous allons vivre une année sans élection, enfin si l’on peut dire dans la mesure où les présidentielles sont dans toutes les têtes… Une élection devrait toutefois avoir lieu, celle de la primaire à droite au mois de Novembre ; elle ne nous concerne pas directement mais elle aura, si elle a lieu, une influence certaine sur les présidentielles selon le candidat qui sera choisi et selon son déroulement aussi. C’est pourquoi il nous faudra être attentifs à la manière dont elle se passera.

     A propos d’élections, je ne peux passer sous silence le beau succès que nous avons obtenu aux régionales : nous avions une superbe locomotive, Jean – Yves Le Drian et sa victoire, celle de son équipe est une très belle victoire, très encourageante pour l’avenir ; je rappelle au passage que Hennebont a fait mieux que Lorient puisque nous avons à Hennebont voté pour plus de 60% en faveur de notre candidat.

     Cette belle victoire ne doit pas occulter le fait que Le Front national poursuit sa progression et qu’au soir du 1er tour il était le premier parti de France. Le succès de ce parti confirme le fait qu’il est maintenant installé dans le paysage politique français et qu’il ne fait plus peur. D’ailleurs, il a fallu le sacrifice républicain de nos amis socialistes dans le Nord Pas De Calais et en PACA pour que ces deux régions ne leur reviennent pas. La menace est donc réelle et constitue pour nous un en enjeu de mobilisation.

     A Hennebont, je l’ai dit il y un instant,  les électeurs ont voté massivement pour J-Y Le Drian et son équipe et cela constitue, pour nous socialistes vivant  à Hennebont, un facteur encourageant et doit nous permettre d’intervenir davantage au niveau de notre ville.

     Les sujets ne manquent pas : esquisse d’une idée d’une éventuelle fusion avec nos voisins lochristois, le devenir de l’ancienne friche industrielle Jubin, le devenir de l’ancien hôpital, celui des Haras, les décisions à prendre concernant le quai des Martyrs, le quai Saint Caradec, l’avenir du port d’ Hennebont, la reconfiguration du quartier de la gare etc. Plein de questions, de problématiques qui se posent à notre ville et à l’agglomération de Lorient…

     Certes, nous n’avons pas la main puisque nous n’avons pas gagné les élections municipales mais nous existons en tant que formation politique ; nous avons, de plus, notre représentant, Marc - qui a succédé à Olivier – et, à travers lui, nous pouvons, nous devons faire entendre notre voix. Nous faisons partie de l’opposition, une opposition vigilante qui peut s’opposer quand les décisions ne lui paraissent pas bonnes ; une opposition constructive capable d’approuver les décisions qui lui semblent aller dans le bon sens et de proposer des solutions pour faire avancer la résolution des dossiers. Voilà l’état d’esprit qui est le nôtre. 

     L’évocation de la vie municipale m’amène à parler d’un homme qui a beaucoup compté dans la section socialiste et dans la vie hennebontaise : je veux parler de Loïc Fouillen qui nous a quittés il y a quelques mois ; je l’ai moins connu que certains d’entre nous mais suffisamment pour vous dire que le souvenir qui me restera  de lui est celui d’un homme discret, sérieux, impliqué – ne faisant pas les choses à moitié. De belles qualités humaines et d’engagement, de militantisme . On peut prendre exemple sur lui mais je préfère pour parfaire son portrait laisser la parole à Marc et à Alain  qui l’ont mieux connu que moi…

     Je renouvelle à chacun d’entre vous mes vœux de très bonne année.

     

                                                  Gérard Le Hébel

                                  Secrétaire la section d’Hennebont.

    voeux de la section parti socialiste d'hennebont

    voeux de la section parti socialiste d'hennebont